Vue 3588 fois 2018-08-11 13:23:07 (11-08-2018)


  1. INTRODUCTION

Dans son souci constant de mettre à la disposition des établissements scolaires des outils pédagogiques de qualité appréciable et accessibles à tous les enseignants, le Ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Initiation à la Nouvelle Citoyenneté vient de procéder à la réécriture du Programme de l’Enseignement Primaire. Cette mise à jour a été dictée par le souci d’adapter cet outil aux innovations scientifiques, historiques, pédagogiques et socioculturelles du moment.

Ce programme, réécrit selon l’Approche Par Objectifs, se trouve enrichi de situations.

Une situation est un ensemble de circonstances dans lesquelles toute personne peut se retrouver. Lorsque la personne a traité avec succès une situation en mobilisant diverses ressources, elle a effectivement développé une ou plusieurs compétences : on dira alors d’elle qu’elle est compétente dans cette situation. Une personne ne peut être déclarée compétente a priori puisqu’elle doit d’abord traiter des situations.

Les situations proposées dans le programme ne constituent pas une fin par elles-mêmes, mais plutôt des moyens pour permettre aux apprenants de développer des compétences. Le programme ne décrit pas des compétences mais propose, sur base de l’ancien programme, des ingrédients indispensables au développement de ces compétences : des situations.

Le Programme rappelle les finalités de l’Enseignement primaire. Il en définit les buts. II précise pour tout le cycle primaire les objectifs généraux de chaque branche. Il présente les profils de sortie par degré, les objectifs intermédiaires du degré d’enseignement et les objectifs spécifiques par année d’études. Ces profils de sortie permettent de préciser les résultats attendus de l’élève à la fin de chaque degré.

Les objectifs spécifiques permettent à l’enseignant d’évaluer les résultats des apprentissages scolaires de ses élèves en termes de connaissances, d’attitudes et de comportements.

Le Programme comprend les indications méthodologiques afférentes à chaque branche, voire à chaque sous-branche. Ces indications proposent les méthodes et techniques appropriées, le matériel didactique souhaitable, les outils d’évaluation conseillés, les indications claires sur les activités que l’enseignant développera progressivement d’une part, et celles que l’élève mènera individuellement ou en groupe, pendant ou après les leçons d’autre part.

Les branches du Programme sont regroupées en cinq domaines:

- domaine de langues qui comprend le français et les langues congolaises;

- domaine des mathématiques, sciences et technologie, qui regroupe les mathématiques, les   sciences et la technologie

- domaine de l’univers social et de l’environnement qui comprend la géographie, l’histoire, l’éducation civique e morale ainsi que l’éducation pour la santé et l’environnement;

- domaine des arts avec comme unique branche l’éducation artistique;

- domaine du développement personnel qui comprend l’initiation aux travaux productifs, l’éducation physique et sports ainsi que la religion.

L’éducation civique et morale est une préoccupation transversale présente dans toutes les activités vécues quotidiennement à l’école. Au-delà de l’heure de cours (1 h 1/2), l’éducation civique et morale devient une constante de la formation à l’école primaire. Par ailleurs, la branche « Travaux productifs » s’appelle désormais « Initiation au travail productif ». « Chant» ou « dessin» et « Chant et musique » sont fusionnés pour former une seule branche appelée «éducation artistique ».

« La calligraphie » n’apparaît plus comme une branche, elle devient une activité de l’expression écrite dans l’apprentissage des langues. «L’informatique» est intégrée dans le domaine des mathématiques, sciences et technologie. Réservée jusqu’ici à l’enseignement secondaire, «la technologie » figure aujourd’hui en bonne place à côté des autres branches de l’Enseignement Primaire.

Enfin, les notions des «mines et restes explosifs de guerre» ont été intégrées dans ce Programme à travers l’éducation pour la santé et l’environnement, les sciences botaniques, la géographie, l’histoire, l’éducation civique et morale en vue de réduire le nombre des cas d’accidents dus à ces engins.

L’organisation du cours de religion est laissée au soin des confessions religieuses tout en demeurant sous le contrôle de l’Etat qui en approuvera le programme. Seules des orientations générales relevant du pouvoir étatique figurent dans ce programme.

Toutes ces branches concourent à la réalisation d’un seul objectif final à savoir la formation intégrale de la personnalité de l’enfant. Une situation est par définition multidisciplinaire, en ce sens, elle participe au décloisonnement des branches.

L’exploitation optimale du Programme actualisé nécessite le recours à une pédagogie fondée sur l’activité et la participation de l’élève. Le rôle de l’enseignant évolue de celui en situation de dispensateur des connaissances vers celui d’accompagnateur de l’élève.

Par l’œuvre éducative, l’élève est désormais appelé à construire des connaissances et à développer des compétences par des situations en prenant en compte le patrimoine culturel national.

Anne-Marie NZUMBA NTEBA LUVEFU

Directrice Chef de Service des Programmes scolaires et Matériel Didactique

Commentaire(s)

Ajouter un commentaire